L’Université d’Arizona participe à l’exploration des planètes potentiellement habitables

De nouvelles capacités développées par une équipe internationale d'astronomes permettent d'imager directement les planètes qui pourraient potentiellement abriter la vie dans la zone habitable des systèmes stellaires voisins.

Yuri Beletsky/LCO/ESO

L’initiative Breakthrough/NEAR, qui signifie New Earths in the Alpha Centauri Region, a pour objectif de trouver une planète potentiellement habitable dans la région Alpha Centauri. « Si nous voulons trouver des planètes avec des conditions favorables à la vie telle que nous la connaissons, nous devons chercher des planètes rocheuses de la taille de la Terre, à l’intérieur des zones habitables autour des étoiles plus anciennes, semblables au soleil », a déclaré le premier auteur du document, Kevin Wagner, un Fellow Sagan du programme Hubble Fellowship de la NASA à l’Observatoire Steward de l’Université d’Arizona.

La méthode décrite dans cette nouvelle recherche parue récemment dans Nature Communications apporte une amélioration plus que décuplée par rapport aux capacités existantes d’observation directe des exoplanètes, a indiqué Kevin Wagner. Pour augmenter la sensibilité de l’installation d’imagerie, l’équipe a utilisé un miroir secondaire de télescope dit adaptatif qui peut corriger la distorsion de la lumière par l’atmosphère terrestre. De plus, les chercheurs ont utilisé un masque de blocage de la lumière des étoiles appelé coronographe, qu’ils ont optimisé pour que le spectre de la lumière dans l’infrarouge moyen puisse bloquer la lumière d’une des étoiles à la fois. Pour permettre d’observer simultanément les zones habitables de deux étoiles, ils ont également mis au point une nouvelle technique permettant de passer très rapidement de l’observation d’Alpha Centauri A à celle d’Alpha Centauri B, les deux étoiles jumelles d’intérêt. L’image finale a révélé une source lumineuse désignée par « C1 » qui pourrait potentiellement indiquer la présence d’un candidat à l’exoplanète à l’intérieur de la zone habitable.

NASA/ESA/Hubble

L’équipe a l’intention de poursuivre ce projet avec une autre campagne d’imagerie dans quelques années, afin de tenter de capturer – à une autre localisation – des images de cette exoplanète potentielle du système Alpha Centauri, afin de les comparer avec la modélisation construite de son orbite. La prochaine génération de grands télescopes, tels que l’Extremely Large Telescope de l’Observatoire européen austral et le Giant Magellan Telescope, pour lequel l’Université d’Arizona produit les miroirs primaires, devrait pouvoir multiplier par dix les capacités actuelles d’observations directes d’étoiles proches susceptibles d’abriter des planètes dans leur zone habitable. Les candidats à l’observation comprennent Sirius, l’étoile la plus brillante du ciel nocturne, et Tau Ceti, qui abrite un système planétaire observé indirectement et que Kevin Wagner et ses collègues tenteront d’imager directement.

Le financement de NEAR a été assuré principalement par le programme Breakthrough Watch et l’Observatoire européen pour l’hémisphère sud, une organisation de recherche intergouvernementale qui regroupe 16 pays européens et dont la France est un des membres fondateurs. Le programme Breakthrough Watch est géré par les Breakthrough Initiatives, parrainées par la Breakthrough Foundation. Breakthrough Watch a fourni les mises à jour des instruments qui ont rendu les observations possibles, et l’Observatoire européen austral a fourni l’utilisation du télescope

.

Pour en savoir plus : University of Arizona News, A New Way to Look for Life-Sustaining Planets 

Rédactrice : Maëlys Renaud, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie, Consulat de France à Los Angeles [email protected]

 

image_pdfimage_print