Un French American Innovation Days (FAID) sur “Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0” à College Station, TX.

Un French American Innovation Days (FAID) sur “Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0” à College Station, TX.

Un French American Innovation Days (FAID) sur “Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0” à College Station, TX. Le Service pour la Science et la Technologie a organisé un French American Innovation Days (FAID), conférence à la croisée des sphères scientifiques, techniques et industrielles sur le thème : Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0 (ou industrie du futur) à College Station, TX, USA.

Un French American Innovation Days (FAID) sur “Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0” à College Station, TX.

Le Service pour la Science et la Technologie a organisé un French American Innovation Days (FAID), conférence à la croisée des sphères scientifiqu3es, techniques et industrielles sur le thème : Smart Manufacturing and AI for Industry 4.0 (ou industrie du futur) à College Station, TX, USA.

Le comité d’organisation de ce FAID comprenait également des membres des Arts et Métiers (Paris et Aix-Marseille) et de Texas A&M à College Station. Le FAID faisait suite à plusieurs ateliers de travail sur la thématique du Smart Manufacturing portée par le Consortium AM2 entre les Arts et Métiers d’Aix-Marseille et Texas A&M. Le FAID s’est déroulé dans les nouveaux locaux du Zachry Engineering Education Complex sur le campus de Texas A&M.

Les thématiques abordées lors de cette édition 2020 étaient les suivantes : Retour ligne automatique
• Session I – Advanced AI and data scienceRetour ligne automatique
• Panel discussion – Transatlantic industry-university partnershipRetour ligne automatique
• Session II – Additive and advanced manufacturingRetour ligne automatique
• Session III – Digital twins and AR/VRRetour ligne automatique
• Session IV – Smart sensors and CybersecurityRetour ligne automatique
• Session V – Marketing strategies, Skills and Management for Industries 4.0

Plus de 30 intervenants – des chercheurs, des startupeurs, des membres d’un laboratoire d’idées (think tank) et d’un incubateur, des manageurs et des chercheurs représentant des entreprises américaines ou françaises – se sont succédés à la conférence. L’assistance, constituée de plus de 150 personnes et avec une proportion tout à fait équilibrée entre le secteur public et le secteur privé, venait de France (principalement Paris, Aix-Marseille, Bordeaux, La Rochelle et Saint-Etienne), des Etats-Unis (Texas, Californie, Delaware, New Jersey) et également du Mexique.

L’industrie 4.0 et l’intelligence artificielle (IA) sont des thématiques larges aux applications nombreuses et diverses. Aussi, les domaines balayés ont été nombreux dont : secteur pétrolier, manufacture, cybersécurité, véhicules autonomes, analyse de données, synthèse additive, ordinateurs haute-performance ou aérospatial.

Les interrogations et constats majeurs issus de ces discussions concernent : l’analyse des données – 80 % du temps passé par les scientifiques concerne la collecte des données, le nettoyage et l’organisation des données (et non leur analyse), qui sont des tâches peu automatisables, même si des avancées sont en cours ; les applications de l’IA – les entreprises en techniques financières (FinTech) et les véhicules autonomes – ; les besoins en enseignement plus large – aux ressources humaines, science des données, économie, marketing – ; les défis, plus organisationnels que technologiques.

Pour conclure, de nombreux premiers liens entre les participants ont été tissés lors de cette conférence qu’il faudra concrétiser sous des formes variées (collaborations, contrats, stages, bourses, échange de doctorants, …).Retour ligne automatique
D’autre part, au-delà des aspects scientifiques, les nouvelles technologies et en particulier l’IA questionnent, voire bousculent, de nombreuses façons humaines actuelles de procéder. Un site web a été mis en place par le MIT pour collecter les décisions morales que devraient prendre les machines intelligentes comme les voitures autonomes par exemple avec des dilemmes du type : « Qui devrions-nous tuer, le piéton ou le conducteur ? ».

Site dédié de la conférence


Rédacteur : Retour ligne automatique
Renaud Seigneuric, Attaché pour la Science et la Technologie, [email protected]

image_pdfimage_print