L’essor de la CleanTech à Los Angeles

Crédit image : Pexels
Alors que l'Inflation Reduction Act (IRA) est sans doute l'effort le plus important jamais mis en place par le gouvernement américain pour accélérer la transition vers une économie fondée sur les technologies propres (cleantech), la métropole de Los Angeles, deuxième puissance économique des États-Unis en 2021, entend renforcer sa place comme lieu d'innovation dans ce domaine. Elle a pris diverses mesures pour lutter contre l'aggravation des effets du climat, la ville ayant connu nombre de vagues de chaleurs records, incendies, sécheresses, dommages littoraux et épisodes d'expositions fortes à la pollution.
Crédit image : Pexels

Los Angeles, troisième métropole au monde après New York et Tokyo en termes de PIB, ambitionne de devenir un des écosystèmes CleanTech les plus puissants des États-Unis en capitalisant sur son profil multi-technologique et sur sa culture d’innovation, mais aussi sur son ouverture internationale (l’aéroport LAX est dans les plus actifs à l’échelle nationale en 2022 [ACI] et son port maritime est le plus actif du pays). Dans cet objectif, et afin de répondre aux ambitions climatiques de la métropole, de l’Etat de Californie et du gouvernement fédéral, Los Angeles est motrice pour la recherche, l’innovation et la commercialisation de technologies durables.

L’émergence de nouveaux acteurs y est ainsi notable grâce au tissu académique, qui mène une recherche de pointe (notamment dans les énergies renouvelables, la biotechnologie et l’intelligence artificielle), aux structures d’accompagnement, aux investissements dans les infrastructures, et aux politiques publiques favorables.

 

Ambitions et initiatives de la ville de Los Angeles dans le contexte local, fédéral et mondial 

En 2015, le maire Eric Garcetti lançait le Sustainable City pLAn, un plan visant à réduire l’impact environnemental des activités industrielles et de la vie des particuliers tout en assurant prospérité économique et inclusion sociale. Lors du renouvellement de ce plan en 2019, la ville de Los Angeles s’engageait par le LA’s Green New Deal à respecter les objectifs de l’accord de Paris. Elle a ainsi défini des objectifs visant à électrifier la totalité des transports en commun, à recycler la totalité des eaux usées et à sourcer localement 70% de l’eau utilisée (notamment pour les activités industrielles), à passer intégralement aux énergies renouvelables, à recycler la totalité des déchets et arriver à une empreinte environnementale neutre, ainsi qu’à créer des emplois dans les technologies propres. Pour ce faire, des programmes sont mis en œuvre en collaboration avec différents acteurs de la métropole. 

Le Los Angeles Department of Water and Power (LADWP) travaille en étroite collaboration avec chercheurs, entrepreneurs et entreprises pour mettre en œuvre des programmes d’efficacité énergétique, de production d’énergie renouvelable et de conservation de l’eau. Par exemple, le LADWP a collaboré avec des entreprises de l’industrie solaire pour développer le programme Feed-in Tariff (FiT) qui permet aux propriétaires d’installations solaires de vendre l’excédent d’électricité produite localement au réseau électrique. [1]

En février 2023, le conseil municipal de Los Angeles a voté à l’unanimité un plan de 800 millions de dollars pour convertir la plus grande centrale électrique au gaz de la ville en usine de production d’hydrogène vert, afin de soutenir la transition vers une mobilité propre, avec une cible de moins de 2 dollars par kilogramme d’hydrogène vert livré dans la métropole de Los Angeles. [2] Ce plan est supporté par la Green Hydrogen Coalition (GHC), une organisation à but non lucratif fondée en 2019 et soutenue par des financements publics (par exemple du LADWP) comme du secteur privé. Les groupes français EDF Renewables et Airbus sont généreusement contributeurs.

Los Angeles s’est par ailleurs associée, à plus grande échelle, avec Vancouver, Seattle, Portland, San Francisco et Oakland pour bâtir une économie à faibles émissions de carbone le long de la côte Pacifique de l’Amérique du Nord. Ainsi, la Pacific Coast Collaborative (PCC) créée en 2008 regroupe sur les États de Colombie-Britannique, Washington, Oregon et Californie, qui représentent ensemble environ 55 millions d’habitants et un PIB combiné de 3000 milliards de dollars. Elle a notamment pour ambition de transformer des réseaux électriques, d’améliorer les systèmes de transport, de construire des bâtiments éco-responsables… avec un focus particulier sur les domaines de la BlueTech (énergie marine renouvelable, protection des écosystèmes marins) propres à la géographie locale. 

Enfin, sur le plan international, la ville de Los Angeles est membre depuis 2006 du C40 Cities Climate Leadership Group, un réseau mondial créé en 2005 regroupant de grandes villes engagées dans la lutte contre le changement climatique. Les maires des plus de cent villes partenaires partagent leurs bonnes pratiques et leurs innovations en matière de durabilité. Avant d’être présidé par Sadiq Khan, maire de Londres, il avait été présidé par Eric Garcetti, maire de Los Angeles de 2019 à 2021, succédant à Anne Hidalgo qui en avait pris la tête en 2016.

 

Recherche et développement de technologies propres

Les engagements pris par la métropole de Los Angeles l’ont poussé à renforcer sa politique de soutien à l’innovation. Los Angeles s’appuie sur un vaste réseau de recherche et développement sur les énergies propres au sein de ses universités et instituts de recherche tels que Caltech, le Jet Propulsion Laboratory (JPL ; NASA-Caltech), les Universités de Californie Los Angeles et Irvine, l’Université du Sud de la Californie et à autres groupes d’entreprises de premier plan.

A titre d’exemple, le LADWP a conclu un accord avec l’Université de Californie, Los Angeles (UCLA) pour mener des recherches visant à faciliter la production d’énergie à partir de sources renouvelables et sans carbone. [3] Ces initiatives ainsi que les financements importants mis en place au niveau de l’état de Californie et au niveau fédéral, ont pu faciliter des programmes au sein des université tel que le UCLA Anderson Center for Impact qui enseigne l’impact social et la durabilité, analyse le positionnement des entreprises sur ces questions, et conseille les entreprises, les consommateurs, les investisseurs et autres parties prenantes à adopter des démarches responsables.

Une autre initiative conjointe entre la ville de Los Angeles et des entreprises du secteur des technologies propres est le U.S. Green Building Council Los Angeles (USGBC-LA) qui rassemble des experts, des entrepreneurs, des industriels et des décideurs politiques dans le but de réduire l’empreinte carbone liée à la construction et à l’utilisation des bâtiments de la ville.

 

Structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat et à la commercialisation de la cleantech

Los Angeles a créé un corridor CleanTech, bande de 4 miles située à la périphérie est du centre-ville, où les investissements publics catalysent la croissance d’un écosystème des technologies propres soutenant l’économie verte la métropole. [4]

Au sein de ce corridor, le LACI (Los Angeles Cleantech Incubator) est un exemple intéressant d’une organisation qui a utilisé le soutien de la ville pour lever des fonds privés et lancer un fonds destiné à soutenir les entrepreneurs qui élaborent des solutions pour le climat. Le LACI a été fondé en 2011 à l’initiative de la municipalité de Los Angeles et du LADWP, en partenariat avec les universités de la région. Il s’agit d’un incubateur à but non lucratif qui fournit un espace de travail, des ressources et un mentorat aux startups Cleantech de la région. Le LACI fournit des capitaux par l’intermédiaire de son fonds de capital-risque et du premier fonds d’emprunt pour les technologies propres du pays. Le fonds d’emprunt élimine les obstacles au capital en n’exigeant pas de score de crédit ou de garantie personnelle, mais en se concentrant plutôt sur la viabilité du business plan des startups. Le LACI a aidé 375 entreprises de son portefeuille à lever plus d’un milliard de dollars de fonds, à générer 335 millions de dollars de revenus et à créer 2626 emplois dans la région de Los Angeles. [5] Il est à ce titre une vitrine pour l’innovation cleantech de la ville, et a été visité en 2023 par la Vice Présidente Kamala Harris et en 2022 par la House Speaker Nancy Pelosi. L’une des grandes réussites est celle du constructeur aéronautique Ampaire, qui a mis au point un avion hybride-électrique à zéro émission. Un autre exemple est celui de la startup FreeWire Technologies, qui a mis au point un chargeur de véhicule électrique ultra-rapide, à batterie intégrée, utilisé par des flottes de transport et des stations-service dans toute l’Amérique du Nord et l’Europe.

Au-delà du corridor, Los Angeles dispose d’incubateurs annexes comme AltaSea, un campus de recherche et d’innovation océanique situé à San Pedro (port de Los Angeles), offre un espace collaboratif, des programmes d’incubation et des ressources pour aider les entrepreneurs à développer leurs technologies et à accélérer leur croissance. AltaSea a reçu en juillet 2023 un financement fédéral (venant du Congress 2023 Omnibus Budget Agreement) d’un million de dollars dont une partie devrait servir à l’installation de nouveaux laboratoires pour trouver des solutions au changement climatique. [6] Non loin de ce campus, Braid Theory est une société de conseil en capital-risque qui facilite les partenariats entre jeunes acteurs et industries.

A Orange County dans le sud de la métropole de Los Angeles, l’Université de Californie, Irvine (UCI) prévoit une collaboration dédiée à la CleanTech entre son accélérateur UCI Beall Applied Innovation et RevHub, un accélérateur consacré aux startups à impact sociétal.

Enfin, si la métropole profite du tendance croissante de mouvements de capitaux vers les technologies propres [7], des fonds d’investissement spécialisés dans le domaine de la durabilité et de l’impact environnemental, tels que Breakthrough Energy Ventures et Congruent Ventures (plus au Nord), ou Elevation Ventures (localement implanté), sont actifs dans la région. [8]

 

Des événements qui mettent en valeur l’écosystème CleanTech de Los Angeles

A travers différents types d’événements, différents acteurs de l’écosystème de Los Angeles affichent leur volonté à en faire une place force de la Cleantech

Le congrès Ignite22, porté sur l’économie bleue, est un événement annuel qui se tient à San Pedro, où se trouve le port de Los Angeles. Organisé par Braid Theory (cité plus haut), il réunit ingénieurs, entrepreneurs et investisseurs de Californie et d’ailleurs avec pour objectif d’accélérer l’adoption de technologies transformatrices contre la pollution des océans, de stimuler la croissance du marché et de créer des collaborations pérennes. 

A University of California Los Angeles (UCLA), des semaines thématiques de conférences dédiées à la Climate Tech sont organisées. La Impact Week, qui s’est tenue sur le campus et dans quelques think tanks de la ville comme BioscienceLA, en est un exemple. Cette semaine, organisée par le UCLA Anderson Center for Impact, a notamment été le lieu de discussions autour de nouvelles formes de gouvernance industrielle vers un changement sociétal. UCLA a également organisé une table ronde sur la Climate Tech qui a eu un très grand succès dans le cadre de la LA Tech Week, un événement qui réunit chercheurs, entrepreneurs, investisseurs, professionnels industriels et décideurs publics. [9] Il en est ressorti que sans politiques publiques forçant l’industrie à s’équiper pour réduire leur bilan carbone, le développement et l’adoption de technologies propres ne seront pas durables.

 

Quelques exemples d’acteurs illustrant le dynamisme de la région

Lors de la LA Tech Week, quelques start-ups de technologies propres ont été mises en avant. [10] Arbor convertit les déchets organiques en énergie et en eau propre tout en éliminant et/ou en stockant le carbone libéré dans l’atmosphère ; Antora modernise et popularise le stockage d’énergie thermique à l’aide de carbone ultra-chaud et a levé près de 57 millions de dollars (notamment auprès de National Science Foundation et du fond Overture VC basé à Los Angeles) ; Arc est une entreprise de navigation électrique qui a pris un élan surprenant, passant de la conception à la livraison de ses premiers bateaux électriques en seulement deux ans d’existence ;  Clarity Technology  se donne l’objectif de capturer un milliard de tonnes de carbone de l’atmosphère grâce à d’énormes ventilateurs capables de déplacer les produits chimiques qui capturent le CO2 (sachant que l’ensemble des installations de ce type dans le monde ne capte actuellement que 10 000 tonnes par an, cf notre article dans la Newsletter de mars 2023); Parallel Systems développe des véhicules sur rails zéro-émission pour remplacer les poids lourds grâce à une bourse du U.S. Department of Energy (DOE) et une levée de 57 millions de dollars en majeure partie auprès de fonds d’investissement basés à Santa Monica, dans la métropole. 

Ces exemples témoignent de la réussite entrepreneuriale de tels acteurs à Los Angeles, mais aussi des soutiens financiers locaux et fédéraux qui leurs sont accordés. 

En termes de mobilité durable, Los Angeles est engagée dans la réduction des émissions de carbone dans le secteur des transports. On y retrouve le siège social de l’entreprise EVgo qui opère un vaste réseau de bornes de recharge rapide à travers le pays, ainsi que le fabricant de voitures électriques Tesla, dirigé par Elon Musk, qui y a démocratisé la mobilité électrique. BYD, société spécialisée dans la fabrication de véhicules électriques et de batteries est également basée dans la métropole, à Pasadena ; elle fournit des solutions de transport propre pour les flottes commerciales et les transports en commun. 

Les avancées technologiques de la région dans ce secteur et leur adoption par la population s’accompagnent de l’engagement de l’Etat de Californie à ce que tous les nouveaux véhicules sur le marché à partir de 2035 soient zéro émission. [11] Néanmoins, le défi reste de taille car les infrastructures électriques sont loin d’être prêtes à supporter une telle charge. 

 

Références

  1. LADWP News | LADWP Board of Commissioners Votes to Expand Feed-in Tariff Program by 300 MW, Septembre 2019
  2. LA Times | L.A. is shutting down its largest gas plant — and replacing it with an unproven hydrogen project, Février 2023
  3. UCLA Newsroom | UCLA teams up with LADWP for equitable solutions to reach 100% renewable energy, Juillet 2022
  4. Lori Kozlowski, Forbes | Growing Green: Welcome to the CleanTech Corridor, Mars 2012
  5. LACI | Deal Book, Avril 2022
  6. Daily Breeze | AltaSea gets another $1 million as progress continues on marine research campus, Juillet 2023
  7. Holon IQ | Defying gravity, 2022 Climate Tech VC funding totals $70.1B, up 89% on 2021, Janvier 2023
  8. Dot.LA | LA Tech Week: Local Climate Investors Assess and Vet Green Startups, Juin 2023
  9. France Science | La LA Tech Week, vitrine de la force d’innovation de l’écosystème de Los Angeles et de ses efforts pour créer des synergies autour de thématiques stratégiques, Juillet 2023
  10. Dot.LA | LA Tech Week: How These Six Greentech Startups Are Tackling Major Climate Issues, Juin 2023
  11. California Air Resources Board | California moves to accelerate to 100% new zero-emission vehicle sales by 2035, Août 2022
  12. France Science | Les États-Unis investissent dans l’élimination directe du CO2 atmosphérique, Mars 2023

 

Rédactrice : Clara Devouassoux, Chargée de mission scientifique, Los Angeles, [email protected]

Partager

Derniers articles dans la thématique
,