Webinaire : Défis climatiques et écologiques pour l’économie caribéenne.

Un thème majeur qui s’inscrit particulièrement dans le contexte de triple crises sanitaire, climatique et de la biodiversité dans les caraïbes.

Le thème était particulièrement d’actualité après les ouragans qui venaient de dévaster plusieurs pays d’Amérique centrale et une partie du territoire colombien. Ces phénomènes climatiques accentuent la dégradation de la biodiversité dont la protection est maintenant devenue un enjeu majeur pour les pays riverains de la mer des Caraïbes qui dépendent étroitement de la mer et du tourisme pour leur développement économique. Les territoires français des Antilles sont d’ailleurs directement concernés (problème des sargasses, pollution, ouragans).

Alors que la crise Covid-19 oblige à revoir les schémas de reconstruction économique, les bailleurs internationaux et les organisations multilatérales de développement vont jouer un rôle majeur pour faire intégrer les enjeux climat et biodiversité dans les plans de reprise économique. C’est une dimension pleinement intégrée par la Banque interaméricaine de développement (BID) qui participait à ce webinaire.

Les personnalités politiques et scientifiques lancent un énième appel à l’action.

La Ministre de l’environnement et de l’énergie du Costa Rica, Andrea Meza, a rappelé que l’inaction vis à vis de la protection de la biodiversité empêcherait d’atteindre les objectifs climatiques de l’Accord de Paris, tant les deux sujets sont indissociables.

Le Secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro est intervenu pour rappeler l’engagement de l’OEA sur les enjeux de climat et de biodiversité dans les Amériques et la volonté de l’Organisation interaméricaine de promouvoir un agenda ambitieux dans ce domaine, en particulier sur la question du réchauffement climatique.

Par ailleurs, la pollution plastique constitue un enjeu planétaire, auquel les Caraïbes n’échappent pas. François Galgani (IFREMER) a indiqué que la solution passera avant tout par une utilisation raisonnable du plastique et une interdiction de certaines variétés de plastiques, alors même que l’Europe discute actuellement d’une taxe sur les plastiques non dégradables.

Ben Kirtman (Université de Miami, Rosenstiel School for Marine and Atmospheric Science) a rappelé que les modélisations prévoyaient une aggravation constante de l’intensité des tempêtes tropicales et des précipitations extrêmes, dans l’éventualité d’une augmentation de 2°C des températures moyennes.

Dr. Juan Pablo Bonilla (Directeur Développement durable et changement climatique de la BID, de nationalité colombienne) a considéré que dans la région Caraïbe, comme dans le reste du monde, la reprise post COVID se devait d’être sur un modèle durable, en saisissant cette opportunité pour préserver la biodiversité et le climat.

Pour sa part, Marc Magaud (International Union for Conservation of Nature, IUCN) a rappelé le rôle des institutions internationales pour favoriser une concertation internationale sur les enjeux de la biodiversité et l’opportunité du prochain Forum de l’IUCN qui devrait se tenir le troisième trimestre 2021 à Marseille.

Rédacteurs :

Julien Bolard, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie,  Washington, DC – [email protected]

Nathalie Garro, Conseillère politique pour la Représentation Permanente de la France à l’Organisation des Etats Américains, Washington, DC