Commission des sciences, de l’espace et de la technologie : portrait d’une figure clef mais méconnue, Eddie Bernice Johnson

Eddie Bernice Johnson, membre du Congrès, a passé cinq décennies dans le service public, au cours desquelles elle a fait adopter des législations clefs en matière de science et de technologie (ex. : le CHIPS and Science Act) tout en essayant de rendre l’écosystème scientifique américain plus inclusif.

En tant que membre de la Commission des sciences depuis 1993, Mme Eddie Bernice Johnson a souvent été appréciée pour son esprit bipartisan et sa capacité à prendre en compte de nombreux points de vue. La représentante démocrate, qui a récemment pris sa retraite après plus de 50 ans de service public, a eu un impact considérable sur la législation scientifique américaine. Elle a représenté le trentième district du Congrès du Texas pendant 15 mandats, et est la présidente sortante de la Commission de la Chambre des représentants chargée des sciences, de l’espace et de la technologie. Sous sa direction, la commission a contribué à l’adoption de plusieurs textes législatifs clefs en matière de politique scientifique, dont les plus récents sont le CHIPS and Science Act et l’Inflation Reduction Act. Au cours de sa carrière, Mme Johnson a notamment été l’auteure ou la co-auteure de plus de 170 projets de loi.

Dans le cadre de son rôle de chef de file, elle a été amenée à élaborer des lois ainsi que de nombreux autres textes législatifs (ex. : America COMPETES de 2010) au travers desquels elle s’est efforcée de faire avancer la cause de la diversité, de l’équité et de l’inclusion en élargissant les possibilités pour les femmes, les personnes de couleur et les américains de tous les Etats du pays dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) tout au long de sa carrière politique. Elle a ainsi été à l’origine de nombreuses études et d’activités de la National Academy of Sciences sur ces thèmes, notamment une étude majeure sur la lutte contre le racisme dans les STEM [1-4].

Ayant grandi à Waco, au Texas, Mme Johnson a voulu être médecin dès son plus jeune âge, mais elle a été découragée par les enseignants qui lui expliquaient que les filles ne pouvaient être qu’infirmières. Les écoles d’infirmières du Texas pratiquant la ségrégation, elle s’est rendue dans l’Indiana pour suivre un programme accrédité au niveau national. Après être devenue infirmière puis chef du service de psychiatrie de l’hôpital des anciens combattants de Dallas, elle s’est engagée dans la lutte pour les droits civiques, puis s’est présentée à l’Assemblée législative du Texas. Via cette élection, elle est devenue « la première » dans les nombreux domaines où elle s’est aventurée : première infirmière agréée à la Chambre d’État du Texas (1972), au Sénat du Texas (1986) et à la Chambre des Représentants des États-Unis (1992). Elle a également été la première femme et la première législatrice noire à siéger à la commission des sciences de la Chambre.

Les représentants Frank Lucas (R-OK) et Eddie Bernice Johnson (D-TX) -respectivement à gauche et à droite de la photo- lors d’une audience en mars 2019 sur le leadership américain en matière de science et de technologie. Crédit Cable Risdon, National Academy of Sciences.

C’est désormais la représentante Zoe Lofgren (démocrate de Californie) qui remplace Eddie Bernice Johnson – âgée de 85 ans- en tant que tête de file des démocrates de la Commission [5,6]. Madame Zoe Lofgren siège aux côtés de Frank Lucas (républicain de l’Oklahoma) qui est le président de la Commission des sciences, de l’espace et de la technologie de la Chambre pour le 118ème Congrès [7-8]. Ce dernier, s’exprimant sur le départ d’Eddie Bernice Johnson commentait : « C’est une législatrice de la vieille école qui se soucie davantage des résultats que des gros titres, et je respecte profondément cela. »

Revenue au Texas pour la célébration des 60 ans du discours de John F. Kennedy  » We choose to go to the Moon « , elle avait exhorté les 5 000 élèves de collèges et de lycées présents au stade de l’Université de Rice : « Que vous poursuiviez ou non une carrière dans l’exploration spatiale, j’espère que vous garderez à l’esprit les mots prononcés ici il y a 60 ans. Choisissez de faire les choses les plus difficiles le plus souvent possible. Vos efforts vous mèneront là où vous n’auriez jamais cru que ce serait possible. » [9].

 

Rédacteur

Renaud Seigneuric, Attaché pour la Science et la Technologie, Houston
[email protected]

Références

[1] https://asm.org/Articles/Policy/2020/September/ASM-Signs-Coalition-Letter-Supporting-Study-on-Rac
[2] https://democrats-science.house.gov/news/press-releases/chairwoman-johnson-applauds-start-of-national-academies-study-on-advancing-anti-racism-in-stem-organizations
[3] https://science.house.gov/2019/5/chairwoman-johnson-and-ranking-member-lucas-introduce-stem-opportunities-act
[4] https://www.americangeosciences.org/policy/news-brief/representative-johnson-introduces-bill-to-combat-sexual-harassment-in-STEM
[5] https://science.house.gov/committee-members
[6] https://lofgren.house.gov/about
[7] https://science.house.gov/press-releases?ID=6C1A10DE-778A-4546-B8B5-E38F135FCD74
[8]  https://lucas.house.gov/
[9]  https://www.houstonchronicle.com/news/houston-texas/space/article/NASA-replicates-JFK-s-calls-for-moon-17436434.php

Image mise en avant: la représentante Eddie Bernice Johnson s’exprimant lors d’un symposium sur la diversité des STEM en 2012. Crédit image : NASA / Carla Cioffi.

Partager

Derniers articles dans la thématique
, , ,