Oak Ridge National Lab : Frontier devient le premier système de calcul intensif exascale

Le superordinateur Frontier, installé cette année au Oak Ridge National Laboratory dans le Tennessee, a atteint des records de performances dès ses premières semaines d’exploitation.

Frontier, le premier ordinateur exaflopique

Le classement biannuel TOP 500 des superordinateurs les plus performants du monde a été annoncé fin mai 2022 à la Internationl Supercomputing Conference de Hambourg, avec plusieurs changements majeurs depuis le dernier classement de novembre 2021. Le nouveau système Frontier, installé cette année au Oak Ridge National Laboratory dans le Tennessee, devient le superordinateur le plus rapide du monde avec une performance de 1,1 Exaflops, correspondant à la résolution de 1,1 milliards de milliards (quintillion, 1018) d’équations par seconde. Le système qui utilise des technologies de AMD et HPE Cray est le premier supercalculateur à atteindre un niveau de performance exaflopique, ce qui le place à un niveau 2,5 fois supérieur au deuxième du classement, le superordinateur japonais Fugaku (0,442 Exaflops), et près de 10 fois supérieur au troisième du TOP500, le nouveau supercalculateur européen LUMI (0,152 Exaflops) installé en Finlande cette année qui fait aussi son entrée au classement.

Un classement dominé par les Américains

Le classement TOP500 est publié depuis 1993, et mis à jour deux fois par an pour suivre au mieux les évolutions des performances des ordinateurs et le développement des nouveaux systèmes. Ce nouveau classement TOP500 est dominé par les systèmes américains qui s’attribuent cinq des dix premières places, avec par exemple Summit, l’autre supercalculateur du Oak Ridge National Laboratory à la quatrième place. Les deux systèmes Frontier et Summit positionnent donc le laboratoire du Department of Energy comme leader mondial incontesté des superordinateurs. Le français Adastra, aussi inauguré en 2022, est classé dixième et second européen. Le top 10 est complété par deux systèmes chinois (Sunway TaihuLight et Tianhe-2A), même si la performance des supercalculateurs chinois pourrait être mésestimée puisque les autorités ont cessé de partager les informations relatives au développement et aux performances de leurs ordinateurs.

Un supercalculateur pour la recherche et l’innovation

Le développement de Frontier s’inscrit dans le projet Exascale Computing du Departement of Energy dont le but est d’augmenter les capacités de calculs rapide pour divers projets à impacts scientifique, technologique, économique ou concernant la sécurité nationale. En effet, le supercalculateur pourra intégrer et analyser de grandes quantités de données et tester des modèles complexes, parfois intégrant l’intelligence artificielle, visant par exemple à la compréhension du fonctionnement des cellules cancéreuses ou des virus, à la cartographie de l’univers, au développement de nouveaux matériaux ou à l’élaboration de nouvelles solutions de production et stockage d’énergie.

 

Rédacteur : Benjamin Boumard, Chargé de mission scientifique, Atlanta

Références :

https://www.ornl.gov/news/frontier-supercomputer-debuts-worlds-fastest-breaking-exascale-barrier

https://www.top500.org/

https://www.olcf.ornl.gov/frontier/

https://www.scmp.com/tech/big-tech/article/3180037/chinas-supercomputer-sunway-taihulight-falls-sixth-place-amid

https://www.exascaleproject.org/

Credits Photo : Carlos Jones/ORNL, U.S. Dept. of Energy

Partager

Derniers articles dans la thématique