Priorités de recherche en santé mentale définies par la Maison Blanche

crédit : Ralf Kunze from Pixabay
La Maison Blanche a publié son rapport sur les priorités de recherche en santé mentale. Ce rapport résulte du travail mené par l'Office of Science and Technology Policy en collaboration avec le White House Domestic Policy Council. Il définit des priorités de recherche scientifique inter-agences visant à améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement et la dé-stigmatisation des conditions de santé mentale.
L’administration Biden publie un rapport sur les priorités de la recherche en matière de santé mentale. Crédit photo : GDJ (CC0)

En mars 2022, le président Biden avait annoncé une stratégie en matière de santé mentale reposant sur trois piliers : renforcer la capacité des systèmes, connecter davantage d’Américains aux soins, et créer des environnements sains pour promouvoir la santé mentale et le bien-être. Dans la poursuite de ces objectifs, l’Office of Science and Technology Policy (OSTP) en collaboration avec le White House Domestic Policy Council a établi des priorités de recherche scientifique inter-agences visant à améliorer la prévention, le diagnostic, le traitement et la dé-stigmatisation des conditions de santé mentale [1]. Ces priorités portent en particulier sur les conditions de santé mentale qui ont été exacerbées par la pandémie de COVID-19, qui sont associées à la stigmatisation sociale, ou qui ont un impact disparate ou persistant dans certaines populations en raison d’inégalités, au racisme et à la discrimination.

Les grandes priorités de recherche transversales et thématiques identifiées sont les suivantes :

  1. Promouvoir l’équité dans la promotion de la santé mentale et dans la compréhension, la prévention, l’identification et le traitement des troubles mentaux
  2. Comprendre et exploiter les interventions numériques en matière de santé mentale
  3. Soutenir et développer le personnel du secteur de la santé mentale
  4. Améliorer la disponibilité, la qualité et l’impact des interventions pour les troubles mentaux dans les systèmes de soins de santé, les communautés et les structures judiciaires
  5. Intégrer la recherche et le traitement des toxicomanies et de santé mentale
  6. Développer et améliorer les traitements des maladies mentales graves
  7. Prévenir les conséquences fatales et non fatales des tentatives de suicides
  8. Soutenir la santé mentale des jeunes.

Le rapport décrit pour chacune de ces priorités les lacunes et les opportunités critiques. Il met également en lumière des exemples de programmes fédéraux actuels menés par exemple par le National Institute of Mental Health (NIMH), National Institute on Drug Abuse (NIDA). Il vise à assurer la coordination entre les agences fédérales de recherche, à informer l’affectation des ressources, à identifier et à maximiser les possibilités de collaboration entre les agences fédérales tout en réduisant les doubles emplois, et à guider la communauté scientifique au sens large. 

La définition de ces priorités témoigne de l’attention portée par le pouvoir exécutif à la santé mentale et pourra avoir des implications sur la définition des projets de recherche bilatéraux, alors même que l’étude du lien entre santé mentale et toxicomanie constitue l’un des axes prioritaires de la coopération scientifique franco-américaine [2].

Références :

  1. White House Report on Mental Health Research priorities 2023 | The White House
  2. Joint Statement on U.S. – France Science and Technology Cooperation | U.S. Department of States

Rédacteur : 

Karim Belarbi, Attaché pour la Science et la Technologie au Consulat Général de France à Los Angeles, [email protected]

Partager

Derniers articles dans la thématique
,