Les Services pour la Science et la Technologie à Los Angeles et San Francisco ont accueilli Energy Observer pour deux escales californiennes

Depuis son départ de Saint-Malo, en France, en 2017, le catamaran de 100 pieds a déjà parcouru plus de 30 000 miles nautiques, propulsé par les énergies renouvelables ; il est entièrement autonome, produisant son propre hydrogène à bord par électrolyse de l‘eau de mer grâce au solaire, à l’éolien et à l’hydroélectricité. Energy Observer est un navire-laboratoire Français avant-gardiste conçu pour le développement à large échelle de nouvelles technologies de propulsion et de mobilité et pour repousser les limites des technologies zéro émission. 

C’est un projet mené avec de nombreux partenaires, principalement français, mais également avec des sociétés internationales en pointe dans le domaine des énergies vertes et de l’hydrogène, Toyota notamment. Enfin c’est un projet prestigieux, connu et reconnu, qui jouit d’une notoriété évidente, et qui à ce titre, est un facteur d’intérêt et d’attractivité pour les organismes et partenaires Californiens. Energy Observer est par ailleurs Ambassadeur français des 17 objectifs de développement durable (ODD) de l’UNESCO.

Les Services pour la Science et la Technologie des Consulats de France de Los Angeles, représentés par Pascal Loubière et Maëlys Renaud, et de San Francisco, représentés par Jean-Baptiste Bordes et Héloïse Pajot, ont eu l’occasion d’accueillir et de co-organiser avec l’équipe d’Energy Observer les escales de Long Beach et de San Francisco. Les équipes scientifiques, et plus largement les deux Consulats de France, ont profité du passage d’Energy Observer en Californie pour monter des programmes de visites et de rencontres passionnantes contribuant à l’émergence de collaborations.

Parmi les évènements marquants organisés par les deux équipes de Los Angeles et de San Francisco à l’occasion de l’escale d’Energy Observer, nous retenons notamment :

  • L’organisation de nombreuses visites qui ont permis à de nombreuses personnalités de milieux divers – politiques, scientifiques, économiques et artistiques – des deux circonscriptions, de visiter le bateau et de rencontrer l’équipe. 
  • A San Francisco, la visite du bateau par une délégation menée par la lieutenant gouverneur de Californie Eleni Kounalakis.
  • L’entretien organisé par le consul général de France à San Francisco, Frédéric Jung, entre le ministre délégué aux transports Jean-Baptiste Djebbari et la lieutenant gouverneur de Californie Eleni Kounalakis pour évoquer les actions engagées pour promouvoir les transports propres pour la route, le rail, l’air et la mer.
  • La visite et les échanges passionnants des membres de l’équipe d’Energy Observer avec des élèves sous forme de classes virtuelles, du Lycée français de Los Angeles d’une part, et de la Francophone Charter school d’Oakland et de la French American International School de San Francisco  d’autre part.
  • Les deux équipes du SST ont également co-organisé un Café des Sciences, qui a permis de partager l’enthousiasme autour de ce projet visionnaire et les recherches menées par Energy Observer grâce à une visite virtuelle du bateau et la participation de Louis-Noël Viviès, Managing Director d’EO. A cette occasion, un débat d’idées a été mené en présence de Daniela Fernandez, CEO de la Sustainable Ocean Alliance.  Cela a été l’occasion de présenter les écosystèmes d’innovation français et californiens, et de discuter des moyens et actions mis en place pour promouvoir et développer des innovations et technologies propres.

Ces rencontres et visites étaient une occasion idéale pour rappeler la feuille de route volontariste prise par la France sur la transition énergétique, en particulier dans le cadre de son plan de relance, et plus spécifiquement sur le volet hydrogène. Le gouvernement français a en effet développé et présenté en septembre 2020 une stratégie pour l’hydrogène décarboné, et promet 7 milliards d’euros d’aide publique jusqu’en 2030.

Cette escale d’Energy Observer, qui est à la fois un projet prestigieux et un laboratoire d’innovation technologique dans le domaine très porteur de l’hydrogène et de la mobilité zéro émission, a constitué une opportunité exceptionnelle de communication sur ces thèmes et sur la place de la France dans la transition énergétique et le développement durable, et de nouvelles rencontres avec des organisations originales et très engagées sur ces problématiques.

Rédigé par :

  • Pascal Loubière, Attaché pour la Science et la Technologie à Los Angeles
  • Maëlys Renaud, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie à Los Angeles
  • Jean-Baptiste Bordes, Attaché pour la Science et la Technologie à San Francisco
  • Héloïse Pajot, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie à San Francisco