Le CGIAR héberge pour la 1ère fois la Convention sur le Dynamisme Digital pour des Systèmes Alimentaires Adaptatifs

Le CGIAR héberge pour la 1ère fois la Convention sur le Dynamisme Digital pour des Systèmes Alimentaires Adaptatifs

Le CGIAR, anciennement appelé le Consultative Group for International Agricultural Research, et partenariat global de recherche en agriculture, nutrition et ressources naturelles, a organisé sa Convention annuelle sur le Dynamisme Digital pour des Systèmes Alimentaires Adaptatifs. Elle est cette année hébergée par le groupe, en ligne.

Le CGIAR, anciennement appelé le Consultative Group for International Agricultural Research, et partenariat global de recherche en agriculture, nutrition et ressources naturelles, a organisé sa Convention annuelle sur le Dynamisme Digital pour des Systèmes Alimentaires Adaptatifs. Pour la première fois, elle a été herbergée par le groupe lui-même, et a eu lieu en ligne du lundi 19 au mercredi 21 octobre. Elle s’était déroulée en Inde l’année dernière, sous l’égide du International Crops Research Institute for the Semi-Arid Tropics (ICRISAT). L’initiative repose sur de nombreux partenaires académiques et institutionnels dont le Berkeley Lab, Arizona State University, Michigan State University, l’INRAE, l’IRD, ainsi que sur des entreprises telles que Bayer, Amazon ou Google.

Cette Convention s’inscrit dans le programme CGIAR « Big Data » en agriculture, et dont la plateforme dédiée a été créée en 2017 pour une durée de quatre ans. Le but consacré de la plateforme est de catalyser les capacités existantes en base de données afin d’accélerer et améliorer l’impact de la recherche internationale en agriculture. Son ambition est de se placer comme référence internationale dans l’organisation de la science ouverte, en incitant ses partenaires à développer des idées innovantes qui démontrent le pouvoir de l’analyse des données au travers de projets inspirants. Ce thème permet d’explorer les façons dont les technologies peuvent contribuer à la construction de systèmes alimentaires résilients, et les parties prenantes construire des technologies faisant face aux défis évolutifs qui les concernent.

La plateforme reconnait le pouvoir de l’analytique des données d’envergure, en lien avec l’objectif annoncé du CGIAR de devenir un leader dans la production d’informations basées sur les données. Elle renforce les capacités du CGIAR à produire et gérer ce type de donnnées, et supporte le groupe et son réseau dans leurs efforts d’alignement avec les principes de la science ouverte. Ce type d’initiatives tend à autonomiser les chercheurs dans leurs projets en analytique, et leur permet de développer des outils et services pratiques de façon coordonnée. Ce programme s’attaque aussi à combler le manque de connaissances, tant en termes organisationnels que techniques, dans les domaines de recherche consacrés du CGIAR. Elle constitue une occasion d’analyser comment chaque Centre CGIAR (dont l’IFPRI basée à Washington D.C.) emploie les méthodes digitales dynamiques pour combattre les défis liés à la sécurité alimentaire issus des différentes crises actuelles.

La plateforme vient illustrer les capacités d’innovation du CGIAR à travers les projets “Inspire”, orientés vers la résolution de défis de développement qui sont au coeur de la mission du groupe. Ces projets signés CGIAR ont pour but de questionner les partenaires, universités et autres, dans l’utilisation des données produites par l’organisation pour la création de projets pilotes permettant l’innovation digitale. Ces projets doivent mobiliser l’expertise du CGIAR dans le domaine de la sécurité alimentaire et créer des liens avec des partenaires industriels spécialisés afin d’augmenter l’impact des technologies digitales sur les économies en développement.

L’initiative « Inspire » souligne aussi l’impact des données analytiques et des TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) dans la production de données multi-disciplinaires inédites permettant aux chercheurs de fournir aux agriculteurs des informations clés. Ce concours est ouvert à plusieurs secteurs d’innovation : la mise en lumière de systèmes alimentaires, la mesure et le renforcement de la résilience, l’appui aux revenus agricoles, et le renouvellement des écosystèmes. Les projets gagnants permettent de mobiliser du capital risque finançant de nouvelles approches, démocratisant les données pour inclure les petits agriculteurs et évaluer l’état de l’agriculture et la sécurité alimentaire en temps réel pour informer les décideurs politiques. Les 15 projets finalistes ont été présentés lors d’une session virtuelle. Le vainqueur des 500 000 $ sera annoncé sur la page INSPIRE.

Par ailleurs, parmi les sessions organisées cette année par la plateforme, on note des sujets comme :
– L’entrepreneuriat agricole : comment les agro-entrepreneurs utilisent des solutions digitales pour s’adapter aux changements globaux de paysage, et plus particulièrement aux perturbations produites par la pandémie ;
– Les données de genre : quels sont les manques de connaissance à combler liés à la division digitale entre les genres, et quels sont les efforts entrepris dans cette direction ;
– L’écosystème GARDIAN : présentation d’une boite à outils et services innovants pour découvrir, gérer, visualiser et analyser les données.

Différents évènements sur la modélisation des cultures ont été organisés dans le cadre de la Crop Modeling Community of Practice.

Pour plus d’informations : https://bigdata.cgiar.org/virtual-convention-2020/

Rédactrice : Juliette Paemelaere, Chargée de mission Coopération Scientifique, INRAE, [email protected]

image_pdfimage_print